19 avril 2024
Aung San Suu Kyi, l'armee et les Rohingyas, Frédéric Debomy

Aung San Suu Kyi, l’armée et les Rohingyas

Frédéric Debomy, postface d’Amnesty International, Les éditions de l’Atelier, 2018.

À partir du mois d’août 2017, une offensive de l’armée birmane a provoqué le départ de plus de 624 000 Rohingyas vers le Bangladesh. Tandis que les Nations unies qualifiaient les violences à l’origine de cet exode de nettoyage ethnique, le monde entier découvrait le sort de cette minorité musulmane de Birmanie.

Comment comprendre l’attitude d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix et figure centrale de la lutte pour la démocratie en Birmanie, aujourd’hui à la tête du gouvernement birman, passée d’un quasi-silence à un discours mensonger ayant pour effet de couvrir les exactions de l’armée ? Car elle est également à l’origine de la mise en place d’une commission consultative, présidée par l’ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, qui a demandé le rétablissement des Rohingyas dans leurs droits.

Resituant les événements dans le contexte historique de la Birmanie, pays obsédé par la question de l’ethnicité, cet ouvrage offre un éclairage précieux sur la situation actuelle. Attentif aux ambiguïtés de la « Dame », il s’attache à montrer de quelle marge de manœuvre elle dispose réellement, et quelle stratégie elle semble conduire. Une stratégie des petits pas ?

Aung San Suu Kyi, l'armee et les Rohingyas, Frédéric Debomy
Aung San Suu Kyi, l'armee et les Rohingyas, Frédéric Debomy
Aung San Suu Kyi, l’armee et les Rohingyas, Frédéric Debomy